4 pour 1000 : luttons contre le réchauffement climatique

Mardi soir, Stéphane Le Foll présentait dans le cadre de la COP 21 le programme de recherche « 4 pour 1000 ». Un programme, technique, qui n’a pas recueilli la faveur des journalistes et qui pourtant est extrêmement ambitieux.
Le potentiel pour lutter contre les changements climatiques en augmentant légèrement la teneur en carbone des sols, à travers la mise en œuvre de pratiques agricoles et forestières, est considérable. On estime qu’une augmentation de la teneur des sols de l’ordre de 4 pour 1000 (0,4%) reviendrait à stopper l’augmentation du CO2 atmosphérique, et donc limiter très fortement le réchauffement climatique.
Double avantage : la quantité de matière organique dans le sol est essentielle à leur fertilité et donc à une agriculture de qualité. Or, dans bien des régions du monde, les sols ont été dégradés par des pratiques agricoles intensives, ou par la déforestation.
La dégradation des sols entraine, le recul de la production agricole, et des mouvements migratoires qui s’accentueront si rien n’est fait. Ainsi, ce programme permet de concilier les objectifs de sécurité alimentaire et la lutte contre le réchauffement climatique.


Limiter la déforestation et encourager les pratiques agro-alimentaires responsables permettront donc de limiter le réchauffement climatique dans des proportions jamais atteintes. Ce programme est donc, pour bien des raisons, un des plus innovants et prometteur.
C’est bien par la force de ce sommet : la coopération politique, mais aussi scientifique au service de la planète et de notre avenir.


Pour y voir un peu plus clair

http://www.inra.fr/Grand-public/Rechauffement-climatique/Tous-les-magazines/Quatre-pour-1000.-Stockage-du-carbone-dans-le-sol

Visite à l’association l’Olivette et à la SCOP Fondespierre Ressources Humaines

12250007_1167224956638242_3662168662746336628_nJe poursuis mon travail quotidien de députée en multipliant localement les rencontres avec les citoyens, associations et entreprises de la Troisième Circonscription. 12243224_1167224819971589_3471041860586230615_n

En compagnie de Jean-Luc Bergeon, Maire de Saint-Christol, mon suppléant et du maire de la commune de Castries, Gilbert Pastor, je suis allée à la rencontre des membres de l’association l’Olivette de Castries et des membres de la société coopérative (SCOP) Fondespierre Ressources Humaines.

12247174_1167224896638248_3944311331062761115_n
Au milieu d’une oliveraie de plus de 1000 arbres, le président de l’association Jacques Fournier nous a présenté l’activité de l’Olivette. Ce sont 18 bénévoles qui entretiennent, toute l’année, ces oliviers, participant ainsi à l’embellissement du domaine de Fondespierre. Ce sont près de 2 tonnes de fruits qui ont été cueillies cette année. La commune de Castries soutient l’association puisque la convention qui lie l’Olivette à la mairie a été renouvelée. Les membres de l’association nous ont ensuite fait déguster les huiles d’olives issues des arbres de l’oliveraie. Nous avons pu constater combien nos terroirs sont riches et peuvent faire naître des produits de qualité.

12238019_1167225339971537_5776665508631008415_o
Nous avons ensuite rencontré, Séverine Saint Martin, Présidente du conseil d’Administration de Fondespierre Ressources Humaines, ainsi que des salariés de cette SCOP. Discussion sur la formation, les activités de bilan de compétences et d’insertion de jeunes et moins jeunes vers l’emploi menées par l’association. Une SCOP dynamique implantée dans le tissu économique local, aux valeurs fortes, qui met au cœur de ses projets l’idéal coopératif et l’innovation. Ce fut aussi l’occasion d’échanger avec les personnes en formation, d’entendre leurs difficultés mais aussi leurs espoirs de trouver un emploi grâce aux formations qu’elles suivent.12249838_1167225093304895_3249040072772561123_n

Hausse des crédits en faveur de l’installation en Agriculture

 

Lors d’une récente réunion du Comité National Installation Transmission, Stéphane Le Foll a annoncé le renforcement des moyens affectés à la politique en faveur de l’installation et de  la transmission en agriculture

 

Le gouvernement va financer à hauteur de 18,5M€ en 2015 et de 17,5M€ les années suivantes les actions qui permettent d’accompagner la préparation des installations et d’assurer l’animation de la politique d’installation.

En 2014, 15M€ étaient mobilisés sur ce type d’actions. Cette augmentation témoigne de l’engagement constant du Gouvernement à mener une politique ambitieuse à l’égard des jeunes qui façonnent l’agriculture de demain.

Deux axes sont privilégiés dans le fléchage des moyens affectés, l’accompagnement et la facilitation de l’installation.

Ces actions d’accompagnement consisteront, d’une part à renforcer le financement des points accueil installation (PAI), qui atteindra 3 M€ à partir de 2015 contre environ 1,5M€ précédemment. Les PAI ont pour mission, dans chaque département, d’accueillir tous les porteurs de projets dans leur diversité. D’autre part, les financements viendront en aide aux candidats dans l’élaboration de leur projet, notamment par des études et diagnostics. Les crédits engagés viendront soutenir les centres d’élaboration des plans de professionnalisation personnalisés (CEPPP), les stages préalables à l’installation, et l’observatoire national installation/transmission géré par la Chambre d’Agriculture, dans le cadre d’un pilotage ouvert.IMG_0717

            La politique ambitieuse de facilitation de l’installation met aussi l’accent sur la transmission (repérage des cédants, mise  en  relation  cédants/repreneurs), en mettant en place un suivi post-installation et en communiquant et animant la politique d’installation/transmission, avec des actions s’appuyant sur des appels à projets pluriannuels et multi-partenariaux.

L’approvisionnement local est une belle opportunité pour nos producteurs

Développer l’approvisionnement local et de qualité dans la restauration collective répond à une attente forte des Français, désireux de connaître l’origine des produits alimentaires, leur mode de production, et de s’assurer de leur qualité sanitaire. C’est aussi un moyen d’assurer un débouché à la production agricole d’un territoire et ainsi de structurer l’offre et de créer une dynamique économique territoriale.

Dans la première dizaine du mois de décembre, le Ministère de l’Agriculture a envoyé un guide pratique à tous les maires de France, aux Présidents de Région et de Conseil général pour leur donner les outils – en particulier juridiques – à même de faciliter le recours à l’approvisionnement local dans les restaurants collectifs.

 bell-pepper-party_l

En effet, des règles strictes encadrent la commande publique pour garantir un égal accès pour tous les fournisseurs et l’absence de discrimination, afin de s’assurer que le choix des donneurs d’ordre soit objectif et transparent. Elles interdisent en particulier un critère d’attribution fondé directement ou indirectement sur l’origine du bien.

Pour autant, l’approvisionnement local peut avoir des caractéristiques propres (fraîcheur, saisonnalité, limitation des transports, etc.) qui répondent à des objectifs d’intérêt général reconnus comme légitimes par le code des marchés publics. En effet, en favorisant les circuits courts ou la qualité des produits par un cahier des charges précis, l’approvisionnement local répond à de nombreuses attentes en matière de développement durable, de protection de la biodiversité et de préservation des emplois agricoles dans des bassins régionaux.

Journée mondiale des sols : Nous avons le devoir d’agir !

Aujourd’hui, vendredi 5 décembre, a lieu la journée mondiale des sols. En qualité de Présidente de l’Observatoire des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers, je tiens à réaffirmer l’urgence de penser différemment l’usage des sols en France et dans le monde.

La question des sols est centrale pour l’avenir de notre pays. Qui n’a pas été interpelé par la multiplication de nouvelles zones d’activités industrielles ou commerciales entraînant avec elles leurs lots d’aménagements ? De la même manière, les récentes inondations dans le sud de la France ont rendu plus évidents les effets pervers de l’artificialisation et l’imperméabilisation des sols.

Peu à peu, les villes et le mitage progressent sur les terres, provoquant une consommation des terres, un recul des espaces agricoles et une artificialisation accrue des sols.

L’augmentation de la population dans les villes et, de manière plus globale, le déplacement des activités entraînent avec eux des nouveaux besoins au détriment des espaces, surtout agricoles et forestiers.

Face à la démultiplication de ces phénomènes, nous avons le devoir de changer d’état d’esprit, de susciter une véritable prise de conscience nationale et internationale des enjeux cruciaux qui entourent ces phénomènes de recul des espaces naturels, agricoles et forestiers. Ces derniers constituent notre patrimoine commun. Sur eux repose notre capacité à assurer notre alimentation, notre qualité de vie mais aussi la qualité de notre air.

En 2050, nous serons près de 10 milliards sur Terre. Les sols vont être plus fortement encore sollicités pour produire, pour se loger, pour se déplacer… Si nous ne réagissons pas notre biodiversité va disparaître. Lire la suite

Visite des sites d’innovation agricole en compagnie de Stéphane Le Foll

Retour sur ma visite des sites d’innovation agricole et industrielle de la circonscription avec le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

3Ce Lundi 2 juin, j’ai eu le plaisir d’accompagner Stéphane Le Foll dans le cadre de sa visite autour des sites de l’innovation et de recherche agricole.

14h 30 – Visite du campus de La Valette et plus particulièrement de l’IRSTEA en compagnie des chercheurs qui nous ont présenté les innovations et procédés révolutionnaires qui vont bouleverser notre façon de produire et notre rapport à la nature. Je tiens à les féliciter pour leurs travaux novateurs et porteurs d’espérance. Grâce à ses hommes et ses femmes, l’excellence de la recherche française au niveau international est chaque jour démontrée.

Lire la suite

Rencontres internationales de l’association Agriculteurs Français et Développement International à Agropolis-Montpellier

P1000287Je participais hier après midi aux côtés du Ministre Stephane Le Foll aux rencontres internationales de l’AFDI (agriculteurs français et développement international) sur l’agriculture familiale : des agricultures d’avenir, à Agropolis à Montpellier.

Ce colloque concernait l’agriculture familiale et de proximité dans les pays du Sud pour répondre aux besoins alimentaires des populations,  en écho, avec le Projet de loi d’avenir pour l’agriculture, présenté par Stéphane Le Foll sur lequel je travaille. Lire la suite