François Hollande à Carcassonne : un discours offensif

 

J’assistai hier au discours prononcé Président de la République à Carcassonne. Dans un élan offensif, le chef de l’Etat a salué notre région, rappelé le rôle de la France dans le monde et tracé des perspectives pour les deux ans à venir.IMG_9089

Le Président a tenu d’emblée à rappeler les grandes valeurs de notre territoire. La ténacité, la résistance, l’innovation. Reprenant les arguments de Damien Alary, il a insisté sur la nécessité d’un équilibre pertinent entre Montpellier et Toulouse dans l’installation de ce qui sera l’une des régions les plus peuplées de France. Il a également défendu la viticulture, produit d’excellence qui représente 10 milliards d’euros d’excédent pour notre balance commerciale, et marqué la volonté de développer le tourisme en Languedoc-Roussillon et de voir réalisée au plus tôt la LGV Perpignan-Montpellier. Sa visite à la SCOP de la Fabrique du Sud, ex-Pilpa, était bien sûr l’occasion de rendre hommage à l’action de la ministre de l’économie sociale et solidaire, Carole Delga, avec qui j’ai eu l’occasion de travailler sur la reprise d’entreprise par les salariés.

Evoquant ensuite la place de la France dans le monde le chef de l’Etat a rappelé avec détermination que dans le monde contemporain c’est à nous d’imposer notre rythme et de faire prévaloir nos intérêts, car c’est la force qui donne la liberté et la souveraineté. C’est pourquoi la majorité a fait le choix de la protection du pays et de la sécurité des Français avec l’intervention au Mali, l’engagement contre Daesh et le projet de loi renseignement voté par l’Assemblée nationale. Engagée contre le changement climatique, la République française accueillera la Conférence de l’ONU sur le climat à la fin de l’année, et entend être elle-même à la hauteur avec la loi sur la transition énergétique et celle sur la biodiversité. Face aux multiples défis de la mondialisation, la lutte contre la fraude fiscale est devenue une priorité, un plan d’investissement a été obtenu de la Commission européenne, et le choix de la compétitivité et de la modernisation a été assumé avec la loi Macron.

Le Président a enfin insisté sur sa priorité : « tout pour l’emploi, tout pour la jeunesse, tout pour l’avenir. » Alors que la réforme du collège suit son cours, le chef de l’Etat a présenté les contours de son action économique pour offrir un avenir meilleur aux nouvelles générations. Il a ainsi indiqué que le pacte de responsabilité est un pacte patriotique, car il n’y a pas de plus grande défi que la diminution du chômage. Il souhaite donc aller plus vite et accélérer le temps du travail parlementaire pour permettre aux réformes d’aboutir plus vite. L’examen du projet de loi Rebsamen sur le dialogue social sera l’occasion de mettre en place une véritable sécurité sociale professionnelle avec un compte personnel d’activité regroupant les différents comptes formation, pénibilité ou épargne-temps. La simplification continuera d’être portée : lissage des seuils fiscaux pour les entreprises, allègement de la fiche de paie devenue illisible, célérité de la justice prudhommale…

Trois ans après son élection, c’est donc notre région que le Président a choisi pour faire le bilan de son action et donner une nouvelle impulsion à son mandat.

Déplacement en Chine : préparation de la Conférence Paris Climat 2015


Membre du groupe d’amitié France-Chine de l’Assemblée Nationale présidé par Bruno Le Roux, je l’accompagnai dernièrement dans ce grand pays avec quatre autres députés français.

IMG_0001

Au 1er rang, de gauche à droite : M. CHONG Quan, député, moi-même, M. LI Lihui, député, M. Bernard ACCOYER, M. CHI Wanchun, président du groupe d’amitié Chine-France de l’Assemblée populaire nationale, M. Bruno LE ROUX, président du GA France-Chine, M. Michel HERBILLON,  M. ZHANG Jian, député, M. CHEN Xiaoguang, député. 2e rang, de gauche à droite : M. ZHANG Xumin du ministère des affaires étrangères, M. SUN Zhan, directeur général adjoint du bureau du changement climatique de la Commission nationale du développement et de la réforme, M. Thierry MARIANI,  M. Jacques PELLET, ministre conseiller de l’ambassade de France en Chine, Mme Nathalie NIESON.

Ce séjour a emmené la délégation française depuis Pékin jusqu’à la province du Yunnan, au sud-ouest du pays. Ce grand écart géographique nous a permis de rencontrer tout à la fois les représentants du groupe d’amitié Chine-France, des membres de la commission de l’éducation, de la science, de la culture et de la santé de l’Assemblée populaire nationale, et des responsables des assemblées populaires provinciales et municipales. A l’invitation de l’Ambassadeur de France en Chine, nous avons également échangé nos impressions avec nos compatriotes. Enfin nous avons procédé – à notre demande – à des visites d’entreprise dans le Yunnan pour évoquer les échanges économiques avec la France avec l’ambition de construire une nouvelle « route de la soie ».

IMG

Rencontre avec M. CHI Wanchun, président du groupe d’amitié Chine-France de l’Assemblée populaire nationale.

A l’issue de cette tournée, la Grande Commission France-Chine s’est réunie pour sa 6ème session.  Elle a été instituée par un mémorandum d’entente signé à Pékin, le 20 avril 2009, entre le président de l’Assemblée nationale et le président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale chinoise. Aux termes de ce mémorandum, les présidents des deux assemblées parlementaires sont convenues de réunir chaque année, alternativement en France et en Chine, une commission composée de députés français et chinois pour débattre des sujets législatifs et internationaux d’intérêt commun, coordonner des missions d’études, appuyer et conseiller les délégations françaises et chinoises dans les conférences internationales et échanger des documentations et en débattre.

IMG_0002

La France avait choisi de mettre au coeur des échanges le thème des négociations sur le changement climatique dans la perspective du sommet de l’ONU qui se tiendra en France à la fin de cette année. La Conférence Paris Climat 2015 a en effet l’ambition de parvenir pour la première fois au monde à un accord général sur cette question, ce que le protocole de Kyoto de 1997 n’avait pu obtenir. Nos homologues chinois souhaitaient aussi en savoir plus sur l’organisation et le fonctionnement de l’assurance-maladie et de la couverture médicale en France, ce qui fut l’occasion de revenir sur la loi santé adoptée par l’Assemblée nationale. Au terme des échanges, il a été confirmé qu’une délégation chinoise nous rendrait prochainement visite à Paris.

Il y a 70 ans, l’Allemagne nazie capitulait


 photo 1

Le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie capitulait face aux Alliés et à l’armée rouge. Soixante-dix ans plus tard, les pays du Vieux Continent et les Etats-Unis ont commémoré la victoire sur le IIIe Reich.

 photo 8

Vendredi, je participais aux cérémonies de commémoration à Montferrier aux cotés de Michel Fraysse, maire de la commune, des membres du conseil municipal et des élus du conseil des enfants.

Voici le discours que j’ai prononcé :

« Monsieur le Maire

Mesdames, Messieurs les élus,

Mesdames, Messieurs les représentants du monde combattant,

Mesdames, Messieurs les représentants des autorités civiles, religieuses et militaires,

Mesdames, Messieurs,

« La guerre est gagnée ! Voici la victoire ! C’est la victoire des Nations Unies et c’est la victoire de la France. L’ennemi allemand vient de capituler devant les armées alliées de l’Ouest et de l’Est. »

 Tels sont les premiers mots de l’allocution radiophonique du Général de Gaulle en ce 8 mai 1945 à 15 heures.

Lire la suite

Vérévin 2015 à Campagne

Je participais à la quatorzième édition de Vèrévin à Campagne en compagnie de Carole Delga, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’économie sociale et solidaire, ainsi que Jacques Gravegeal, Maire de Campagne, et de Jean-Luc Bergeon, mon suppléant, maire de Saint-Christol et en présence de nombreux maires.

IMG_2237

Pour cette édition intitulée Le Printemps des vins et du terroir, onze caveaux nous ont fait découvrir la richesse de nos terroirs.

10423704_10152936576874010_6883447216038607864_nLa future région sera le plus grand domaine viticole du monde et va ainsi continuer de participer à l’excédent de notre balance extérieure.

 IMG_2215

Un peu plus tard, dans la soirée, nous nous sommes rendus à Viavino, lieu dédié à l’oenotourisme, à Saint-Christol, pour une visite ; l’occasion d’évoquer l’intérêt majeur de l’oenotourisme dans notre économie régionale.

Il y a 266 ans, une féministe naissait : Olympes de Gouges

L’histoire est ingrate avec certains de ses « grands hommes ». Olympe de Gouges a longtemps subi une injustice : celle qui osa écrire, en 1791, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, acte fondateur d’un féminisme qui ignorait encore son nom, fut reléguée aux oubliettes par… les féministes.

Marie-Olympe-de-Gouges

Restif de la Bretonne la classa dans sa liste des prostituées de Paris. Elle passa pour une « folle » selon l’historien Jules Michelet, une hystérique atteinte de paranoïa reformatoria (folie réformatrice) pour le Dr Guillois, docteur du service de santé des armées, auteur, en 1904, d’une étude consacrée aux femmes de la Révolution.

 DDFCPourtant, la Révolution française donne à Olympe de Gouges l’occasion de montrer combien elle est en avance sur son temps. Longtemps resté à l’état de projet, il faut attendre 1840 pour que quelques extraits de cette Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne soient publiés, et l’intégralité du texte ne l’a été qu’en 1986, par Benoîte Groult.

Olympe de Gouges a fait rentrer les femmes dans la modernité. Sa Déclaration est pour les femmes synonyme d’émancipation et pour l’humanité toute entière un appel à l’égalité des droits humains entre les deux sexes.

Texte complet : Gouges-Déclaration

Ma belle-mère, il y a 70 ans, lors de son premier vote

70ème anniversaire du droit de vote et de l’éligibilité des femmes

Le 29 avril 1945, les Françaises s’exprimaient pour la première fois dans les urnes. C’est la première élection municipale après la Libération.

Entrer dans un bureau de vote. Y saisir des bulletins. S’abriter dans l’isoloir et, cachée derrière un fin rideau, en glisser un dans une petite enveloppe bleue. Soulever la toile, se diriger vers l’urne et y déposer son pli, après qu’un assesseur a lu son nom. « A voté ». Aujourd’hui, ce geste semble anodin pour nombre de femmes.Maman 1erVote2

Pourtant, il aura fallu plus d’un siècle de combats pour que les femmes puissent elles aussi voter et se présenter à des élections.

Alors que le débat sur l’obligation de voter lors d’un scrutin se fait jour, ne craignons pas d’interroger nos pratiques politiques qui doivent évoluer au même rythme que la société.

Retour sur la commémoration du 70ème  anniversaire de la libération des camps de concentration

Je participais hier à la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation à Montpellier.

IMG_0845Parce que le Devoir de mémoire est une absolue nécessité, pour ne pas oublier les leçons de l’histoire, cette journée a pour vocation de rappeler à tous ce que fut l’atroce et méthodique anéantissement de millions d’innocents.

 Au camp du Struthof, seul camp de concentration nazi installé sur le territoire français, où 52 000 déportés venus de toute l’Europe ont été détenus et où 22 000 d’entre eux sont mort, le Président de la République, François Hollande a rappelé que « la connaissance de l’Histoire ne nous préserve pas du pire, le pire peut toujours se produire et c’est en le connaissant que nous pouvons le prévenir. L’antisémitisme et le racisme sont encore là et donc nous devons (…) agir pour protéger ceux qui peuvent en être encore aujourd’hui les victimes ».

Retour sur la cérémonie d’honorariat d’Alain Barrandon

J’étais aux cotés d’Eliane Lloret, maire de Sussargues, pour la cérémonie d’honorariat d’Alain Barrandon, maire de la commune de 1983 à 2014 ; cérémonie très chaleureuse pour saluer l’engagement d’un homme très aimé de ses concitoyens.

IMG_1461Instituteur puis directeur de l’école, Alain Barrandon, élu pour la première fois au conseil municipal de Sussargues en 1965 et depuis toutes ces années, conseiller municipal puis maire, représentant Sussargues au district puis à l’agglomération, il a patiemment fait entrer Sussargues dans la modernité. Aux cotés de son ami Georges Frêche depuis 1971, il a participé à la construction de ce qu’est Montpellier aujourd’hui.

IMG_1466Son engagement au service de Sussargues a été à l’image de ce qu’il est : sincère,  toujours présent et guidé par l’intérêt général. C’est par son action quotidienne qu’il a mis en oeuvre la devise républicaine. Les électeurs ne s’y sont d’ailleurs jamais trompés puisqu’Alain était régulièrement réélu dès le premier tour. La qualité et la sincérité de son engagement ont été saluées par Eliane Lloret qui a été sa première adjointe durant trois mandats et qui a réussi, à l’image de son mentor, à être élue dès le premier tour en 2014.

IMG_1474En présence de nombreux élus : Jean-Luc Bergeon, maire de Saint-Christol, Pierre Bonnal, maire du Crès, Yvon Pellet, Maire de Saint-Geniès-des-Mourgues et conseiller départemental, de Claudine Vassas Mejri, Conseillère départementale, Pierre Combette, futur maire honoraire de Montaud, Joël Raymond, maire de Montaud, de Renaud Calvat, maire de Jacou et conseiller départemental, de Laurent Jaoul, maire de Saint-Brès, de Jean-Pierre Grand, Sénateur-Maire de Castelnau-le-Lez et de Jackie Galabrun-Boulbes, maire de Saint-Drézéry.

Demain, soutien total à la communauté universitaire du LR pour le passage devant le jury pour décrocher l’IDEX.

Pour la troisième fois depuis 2011, les universités et organismes de recherche de Montpellier et de la région s’apprêtent à concourir pour décrocher le fameux label d’initiative d’excellence (Idex) rebaptisé « Live+ ». Les lauréats disposeront d’importants moyens financiers – 3, 1 milliards d’euros – leur permettant de rivaliser avec l’élite de la recherche et de l’enseignement mondial.

L’ensemble des organismes de recherche, des universités, des écoles et établissements publics portent le projet. Ils sont 25 soit quelques 81 000 étudiants, 12 000 salariés et 6 700 chercheurs. Tous unis dans une grande et même structure, la Communauté d’universités et d’établissements du Languedoc-Roussillon.

Des concurrents de taille sont en lice : Paris, Lille, Lorraine, Bretagne/ Loire, Cote d’Azur/Nice et Grenoble. Demain, mercredi 22 avril, seulement deux ou trois lauréats devraient être sélectionnés par un jury international.

Le gouvernement annoncera leurs noms dans quelques semaines.

Coup de pouce à l’artisanat et soutien au pouvoir d’achat avec la rénovation thermique

 

La commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale à laquelle j’appartiens recevait ce matin la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) pour évoquer le label « Reconnu garant de l’environnement » dit RGE.

CAE

En effet le Gouvernement et la majorité parlementaire se sont fortement engagés pour la rénovation dans le bâtiment. Il s’agit selon moi de répondre à trois enjeux majeurs :

1° Le changement climatique. Le bâtiment est notre principal facteur de consommation énergétique, représentant à lui seul plus de 40% de la consommation finale. La rénovation thermique est par conséquent un levier incontournable de la transition énergétique.

2° Le pouvoir d’achat. La facture énergétique des français dépasse les 3000 euros par ménage et par an. Consommer mieux, c’est dépenser moins. Une rénovation réussie peut permettre de restituer du pouvoir d’achat aux ménages.

3° Le développement économique. La labellisation permet de valoriser le savoir-faire et le professionnalisme de nos artisans et les incite à se former aux techniques de demain. Faire de la rénovation thermique un chantier prioritaire leur donne un véritable coup de pouce.

Pour relever ces défis, deux dispositifs incitatifs existent : le CITE et l’Eco-PTZ.

D’une part le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) permet aux particuliers de déduire de leur impôt des dépenses de rénovation énergétique de leur habitation. Ce crédit d’impôt est de 30% de 8000 euros maximum et jusqu’à 16 000 euros selon la composition du foyer.

D’autre part un prêt à taux zéro écologique, l’éco-PTZ, d’un montant maximal de 30 000 euros sur une durée maximale de 10 ans, permet de financer des travaux améliorant la consommation énergétique des logements construits avant 1990 et occupé comme résidence principale par le propriétaire ou un locataire.

Depuis le 1er janvier 2015, pour que son client puisse bénéficier du CITE, le professionnel du bâtiment doit être labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour les diagnostiques et travaux qu’il réalise. J’ai constaté lors de nos échanges que la FFB et la CAPEB accueillaient favorablement ce nouveau dispositif, et je continuerai à œuvrer en ce sens.